140247

27/06/2016

Et si enfin, on parlait des nouveaux droits de la loi travail

Dire que le droit du travail français protège les travailleurs n’est pas vrai. Même les salariés sous statut ne sont pas protégés devant les risques contemporains. Notre droit du travail protège surtout les CDI et les salariés à temps plein. Notre code du travail est basé sur l’emploi, le statut et non sur la personne qui aujourd’hui connait des parcours professionnels atypiques. Si notre droit du travail est bon pour les salariés ayant une carrière linéaire de 42 années dans la même entreprise, il y a beaucoup de trous dans le filet de protection dit à la française. Les travailleurs ont besoin de droits nouveaux pour les protéger dans la diversité de leurs parcours et répondre aux nouvelles réalités de l’économie.
La loi « travail » commence à répondre à ces problématiques. Je regrette que le gouvernement soit incapable de l’expliquer.

Le compte personnel d’activité (CPA) est emblématique de ce que pourraient être ces nouveaux droits. Le CPA est une sorte de passeport individuel qui porte les droits de la personne dans la totalité des séquences de son parcours professionnel : CDI, emploi précaire, demandeur d’emploi, fonctionnaire, indépendant, travailleur de plateformes numériques…etc. Le compte personnel sécurise le parcours professionnel en essayant de supprimer les obstacles à la mobilité, en maintenant des passerelles de droits entre chaque période. Le caractère universel du compte est affirmé même si l’accent est aujourd’hui mis sur les comptes formation et pénibilité.

Le droit à être accompagné dans son parcours professionnel est enfin reconnu pour tous les travailleurs, il s’agit d’un accompagnement global et personnalisé. Le droit à l’accompagnement des jeunes vers l’emploi devient effectif avec la nouvelle « garantie jeune ».
Les nouvelles formes de travail commencent à être prises en compte comme le droit à la déconnexion, le télétravail, le travail à distance, la responsabilité sociale des plateformes de mise en relation par voie électronique…, ce qui ouvrent beaucoup de portes à la négociation d’entreprise.


L’article 2 est loin de révolutionner le dialogue social. La loi et les branches gardent leur rôle de protection et de régulation en fixant les droits fondamentaux des salariés. Par contre la négociation d’entreprise est facilitée et mieux encadrée. Les accords d’entreprise devront être validés par les syndicats représentant 50% des salariés, ce qui est un verrou fort. Faire confiance aux syndicalistes de terrain et aux employeurs est le pari de la loi travail.

Condamner la loi travail c’est condamner ces nouveaux droits.

10/06/2016

L’opium du peuple

« Vous avez la chance de pouvoir donner du bonheur à tout un peuple ». C’est VARANNE le joueur blessé de l’équipe de France qui le dit à ses coéquipiers.

Dans un peu plus d’une heure, 12 joueurs joueront au ballon. De mon jardin j’entends griller les merguez et couler le rosé, c’est l’avant match. Les petits sont grimés de bleu blanc rouge, c’est la fête, ce soir ils se coucheront tard.

La fête est contagieuse, j’ouvre une bouteille.

Vont-ils réussir en 90 minutes à nous faire oublier les attentats, les grèves, les inondations, le chômage et nos discours pessimistes ?

Je croise les doigts, ce serait bien s’ils gagnaient.

Vendredi 19h

19:14 Publié dans A lire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : euro 2016

08/06/2016

Une nouvelle génération de syndicalistes construit l’après CGT.

Les syndicalistes responsables, solidaires des autres salariés, respectueux des forces de la République sont encore une fois absents de nos écrans parce qu’il est plus facile de montrer des pneus qui brulent qu’interviewer un syndicaliste expliquant les nouveaux droits de la loi EL Khomri.

Oui ! contrairement aux discours ambiants, Laurent BERGER, le jeune patron de la CFDT explique un peu dans le vide que le gouvernement a été incapable de faire le minimum pédagogique sur les nouveaux droits ouverts aux salariés comme le compte personnel d’activité, la garantie jeune, la protection renforcée des femmes de retour de maternité, la lutte contre les travailleurs détachés. La loi ne touche ni au SMIC, ni aux salaires, ni aux règles de sécurité. Par contre les syndicalistes seront appelés à prendre leurs responsabilités au sein des entreprises pour négocier l’organisation et la durée du temps de travail et…rien d’autre. Mais voilà, pour cela, il faut des syndicalistes capables de faire des propositions et de s’engager par leur signature, mais il faut aussi des employeurs capables de construire des compromis.

La négociation en entreprise est aujourd’hui le gros handicap de l’économie française. Comment voulez-vous adapter les conditions de productions aux exigences des clients (que nous sommes) si l’on est obligé de toujours travailler dans les mêmes conditions, imposées une fois pour toute. Le carnet de commandes ne correspond pas toujours à nos agendas personnels, c’est une réalité, mais ce ne peut être l’alpha et l’oméga du droit social, d’où cette nécessité de dialogue pour concilier les intérêts.

La négociation d’entreprise est un challenge pour le syndicalisme. Faire confiance aux délégués d’entreprises, les former au dialogue quand la contestation est si facile, les aider à construire des propositions et à les défendre, c’est ce que tentent les confédérations CGC, CFTC et CFDT. Personne ne les aide car en France compromis=compromission !

Et pourtant, comme en 1995 avec la réforme JUPPE, 2OO3 avec la réforme FILLON, une nouvelle génération de syndicalistes réformistes est en train de se former dans une adversité que peu de personnes imaginent. Ces syndicalistes sont déjà majoritaires dans le salariat, ce sont les militants des droits réels quand d’autres militent pour de vieilles lunes.
Tous les syndicalistes ne sont pas des emmerdeurs, tous les syndicalistes ne gueulent pas le chant du cygne, par contre nous avons besoin de syndicalistes car l’économie contemporaine repose sur sa capacité de négociation et pour cela il faut des négociateurs.

17:13 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicalistes