24/10/2014

Chez PSA, 1 000 salariés ont opté pour le télétravail en 6 mois

Le passage au télétravail suppose la signature d’un avenant au contrat de travail.

Plus de 1 000 collaborateurs de PSA (Peugeot Citroën) sont devenus des télétravailleurs.

6 mois après son entrée en vigueur, ce nouveau mode d’organisation a été mis en place progressivement au sein du groupe automobile dans le cadre de l’accord « Nouveau Contrat Social »

Celui-ci, signé en novembre 2013, incluait des mesures de flexibilité et de modération des coûts salariaux.
Ce premier bilan sur le télétravail a été effectué par la direction du groupe avec les 4 organisations syndicales (CFTC,CFE/CGC, FO, GSEA) signataires de cet accord.

La direction a notamment rendu public le profil des télétravailleurs. Ceux-ci sont présents principalement dans les établissements techniques et tertiaires (pas dans les usines).

Les télétravailleurs sont pour 64% des hommes et pour 36% des femmes. La direction de PSA précise qu’ils ont en moyenne 43 ans. Toutes les générations sont représentées : 37% des télétravailleurs ont moins de 39 ans, 41% entre 40 et 49 ans , et 21% ont plus de 50 ans.


Sources 01 net et CFTC

02:16 Publié dans Travail | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : télétravail

20/10/2014

Air France: not in my name.

Non pas en mon nom, le syndicaliste que je suis ne peut se retrouver en quoique ce soit dans cette funeste grève des pilotes d'Air France.

En abusant de leur rapport de force catégoriel, ils ont piétiné l'intérêt général. Ils ont voulu désavouer leur comité d'entreprise, ils ont refuse la négociation. Au bout du bout, la filiale lowcost se fera et sa mise en place ne sera pas négociée.

C'est l'exemple type du danger des syndicalistes catégoriels, toujours irresponsables, aveuglés par leurs privilèges.

Aujourd'hui force est de constater que, seule la CFDT, défend l'intérêt général

02:16 Publié dans syndicats | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : air france

17/10/2014

VALLS voilà un politique courageux

À un autre niveau, avec Nicole NOTAT en 1995, ou François CHEREQUE en 2003, j'ai vu ce que c'était, d'assumer des décisions difficiles et sur le moment impopulaires.

VALLS assume. Il prend ses responsabilités, mais il sait aussi prendre les risques de la rigueur, donc de l'impopularité.

On ne peut plus dire que ce gouvernement tergiverse, qu'il a le ventre mou. Il n'est pas petit bras, et cela me plait.

J'ai beaucoup d'estime, pour ces jeunes députés qui le soutiennent.

Cet homme d'Etat le paiera cher,mais un jour, ceux là mêmes qui gigotent du derrière, diront "il avait raison, mais trop tôt", je connais la rengaine mais quand il est trop tard il est trop tard.

02:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : valls