20/07/2014

Ma vision de l'organisation régionale de demain

Après plusieurs années de travail au CESER sur la réforme des collectivités locales et de la place de l'Etat en région, je me suis forgé, au fil des auditions et débats, une position que l'on peut ainsi résumer :

- une « assemblée régionale unique » regroupant le conseil régional et les 2 conseils départementaux.
- des intercommunalités d'au moins 20 000 habitants, socle du service public de proximité.
- une grande métropole reprenant le périmètre de l'aire urbaine centrale.

L'assemblée régionale unique
, permet de regrouper dans la même institution, les compétences économique et sociale que tous les acteurs considèrent qu'il ne faut plus opposer. Ce serait aussi, le lieu d'élaboration des grands schémas de développements et d'aménagements, qui deviendraient prescriptifs pour l'ensemble des collectivités et des opérateurs.

Des intercommunalités beaucoup plus puissantes. C'est le couple municipalités/intercommunalites chargé d'assurer la solidarité territoriale de proximité au plus près des citoyens, par la mise en œuvre, notamment, des compétences sociales de la nouvelle assemblée unique. A l'est et au sud de la région, ces agglomerations constitueraient 2 pôles : Sambre/Escaut/Cambrésis et Littoral.


Une Métropole Européenne, sur le territoire de l'aire urbaine centrale aurait les compétences économique et sociale (dans le respect des schémas régionaux prescriptifs). La Métropole est, de fait, régionale, 90 000 emplois de la métropole sont tenus par des habitants hors métropole.

Concernant le périmètre régional, l'élargissement négocié doit se faire avec nos voisins Picards. Au XIX e siècle, les géographes parlaient déjà de la "Région des Plaines du Nord" qui regroupait le Nord, le Pas de Calais et la Somme. La Région actuelle n'a que 30 ans. Des grands projets nous sont communs (pôles de compétitivité, canal Seine Nord, l'A1, la façade maritime..), des organismes et des entreprises sont déjà Nord Picardie (chambre régionale des comptes, AGEFOS PME, CARSAT, UR SCOP, Crédit Mutuel, Vinci, AG2R, la Voix du Nord, Colas, l'ARIA, Arcelor Mittal...), je suis aussi pour l'élargissement à la Picardie afin d' éviter l'extension à nos portes du Grand Paris, ce qui nous marginaliserait.

L'avenir du Nord est au Nord, dit-on. Mais nos relations transfrontalières sont à bout de souffle. L'intensification des relations transfrontalières exige désormais l'annonce de projets ambitieux au sein des 2 Groupements européens de Coordination Territoriale. Un partenariat structuré avec le Sud-Est britannique.

article paru dans Autrement Dit

18/07/2014

Ouverture d'un long cycle de négociations AGIRC ARRCO

Ce 27 juin, les partenaires sociaux se sont retrouvés pour négocier l'avenir des retraites complémentaires.

Tenant compte des expériences passées, les négociateurs se sont donnés du temps, ces négociations devront être conclue avant juillet 2015,pour une application en janvier 2017. Enfin, le temps long de la retraite est pris en compte.

Par contre ces négociations seront, encore une fois, difficiles.

Les suppressions d'emplois, le chômage persistant obligent à revoir toutes les projections.
Les réserves fondent comme neige au soleil, elles seraient épuisées vers 2017 pour l'AGIRC et vers 2020 pour l'ARRCO.

L'équilibre financier sera donc difficile à trouver.

J'espère enfin que le rapprochement des 2 régimes que j'avais déjà initié, il y a 15 ans, conduira les négociateurs à se mettre d'accord sur un calendrier de fusion, c'est le sens de l'histoire. Le bon sens.

15/07/2014

Le gouvernement de la non décision galvaude l'écotaxe

Le 25 juin, au détour d'un amendement au projet de loi de finances rectificatives, le gouvernement a tué l'ecotaxe pour créer un péage transit poids lourds.

Après une marche à blanc à partir de l'automne 2014, le nouveau système entrera en vigueur le 1er janvier 2015.

Coût de l'opération, une perte de 500 millions d'euros de recettes, 4000 kms de routes concernés pour 15000 pour l'ex ecotaxe.

Quid des portiques qui ont coûté chacun entre 600 000 € et 1 million d'€.

Et en plus, l'Etat va entrer dans le capital d'Ecomouv, entreprise que l'Etat vient de condamner.

Comment ne pas exprimer colère et écœurement.

01:53 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : écotaxe