140247

27/01/2019

Est-ce possible de transformer les colères en solutions? Commençons par être clair, notre critique, voire plus, sur la révolte des gilets jaunes, ne nous empêche pas, bien au contraire, de demander l’arrêt immédiat et ce pour toutes les manifestations

Commençons par être clair, notre critique, voire plus, sur la révolte des gilets jaunes, ne nous empêche pas, bien au contraire, de demander l’arrêt immédiat et ce pour toutes les manifestations sociales des fusils lanceurs de balles utilisés par les forces de l’ordre.

Toute ma vie de syndicaliste a été de négocier des revendications formulées souvent dans la colère par des salariés revêtus de leurs gilets rouges, oranges ou bleues, couleurs des syndicats. La négociation est le seul moyen de déminer les raisons d’une colère. Pour négocier, j’étais mandaté par les salariés en colère, j’étais leur porte parole, et j’avais en face de moi un interlocuteur patronal capable de me dire oui ou non à ce que je lui demandais. Avec les gilets jaunes, nous avons la colère, les gilets et même les braseros mais personne pour oser négocier. Les colères non traduites en revendications sont contradictoires, non hiérarchisées, souvent formulées en dictats et s’adressent à une multitude de décideurs non identifiés, si ce n’est le seul Président MACRON. Voilà ce que c’est de ne pas apprendre l’art de la négociation et ce dès le plus jeune âge.

Et que l’on ne dise pas que la négociation sans violence ne rapporte que des clopinettes. En 2003, la CFDT obtient non seulement le maintien des régimes par répartition, mais aussi le départ anticipé, pour carrière longue, dont bénéficieront plus d’un million de salariés. Obtenu par la négociation et non par la violence, ce plus grand acquis des années 2000 n’a pas été considéré comme une victoire mais une trahison de la CFDT. Comme dit Gaby BONNAND ( voir son blog) à propos de nombreux commentaires: « une tolérance à la violence révélatrice d’une impensée de la transformation sociale et démocratique «


Il me semble que le piège du grand débat est de laisser croire que sans négociation, il est possible de transformer les colères en décisions. Pire, c’est renforcer encore plus le bon vouloir de la puissance étatique sans négociation car la concertation n’engage jamais les personnes concertées mais uniquement celui qui l’a initiée.

Avant de vous proposer de prochaines chroniques sur les principales doléances,voici deux citations inspirantes du moment. Victor Hugo: « Souvent la foule trahit le peuple », Antonio Gramsci: « la crise est le moment où l’ancien ordre du monde s’estompe et où le nouveau doit s’imposer en dépit de toutes les résistances et de toutes les contradictions. Cette phase de transition est justement marquée par de nombreuses erreurs et de nombreux tourments ».

09:57 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grand débat

31/12/2018

Très bonne année 2019 !

J’aurai attendu 2018 pour voir aboutir le combat de toute une vie: la CFDT est le premier syndicat français tous secteurs confondus. Mais le combat continue tant que patronat et gouvernement n’auront pas compris la chance historique que représente cette révolution dans le rapport de force syndical.

« Cette première place n’est pas le fruit du hasard mais bien la conséquence du syndicalisme CFDT, humaniste, proche des travailleurs et efficace dans l’amélioration de leur quotidien, loin de la démagogie et des effets de manche faciles... » dixit Laurent Berger.

Ceci dit, l’important reste la santé, et le bonheur de nos proches.

Alors très bonne année.

Jean Marie Toulisse

11:23 Publié dans A lire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voeux

27/12/2018

Quel beau fiasco social !

Séduit par son analyse pertinente et sa détermination à lever les blocages de la société, jamais nous n’imaginions qu’élu, le Président instaurerait un rapport direct aussi illusoire que prétentieux avec les citoyens.

Plusieurs fois, j’ai hésité à poursuivre cette chronique. Comment parler des relations sociales quand il n’y en a pas?
Cette chronique s’engage, elle conteste le Tout État et pousse les acteurs à la libre négociation autonome notamment entre les acteurs syndicaux et patronaux. Le bilan 2018 n’est pas glorieux, la verticalité étatique triomphe, les corps intermédiaires sont dénigrés et snobés, le social ne s’exprime qu’à l’aune de la règle à calculer, l’idiote opposition anciens/modernes remplace l’obsolète droite/gauche. Quant au climat social le gâchis est énorme.

Le « en même temps » si cher au négociateur soucieux de trouver des compromis acceptables - en même temps- par toutes les parties a fait long feu tant la balance des efforts demandés est déséquilibrée.

Pour résumer concrètement cette critique, revenons au sujet des retraites. Autant l’instauration d’une CSG retraite compensant la baisse des cotisations pour améliorer le pouvoir d’achat des jeunes actifs était un acte fort et nécessaire de solidarités intergénérationnelles, autant la désindexation de la revalorisation des pensions sur les prix est une injustice inqualifiable à quelques mois d’une réforme ambitieuse.

On ne peut revenir sur cette année sans nous souvenir du choc des élections régionales, des mots et du visage expressif du Président BERTRAND ravagé par ce qu’avait exprimé la campagne et son résultat annonçant des présidentielles à très hauts risques. Il est toujours surprenant de voir comment les électeurs qui ont eu si peur du « vert-de-gris » sont excessifs dans leurs attentes vis à vis de celui qu’ils ont élu échappant au pire. Ici on s’en souvient, c’est pourquoi notre critique envers le Président MACRON, nous la faisons avec cette reconnaissance de nous avoir épargné LEPEN. Oui c’est d’autant plus difficile à vivre que nous sommes convaincus que ce quinquennat tout comme la mandature régionale sont condamnés à réussir faute d’alternative.

Comme les mots ont un sens, cette année a montré que le terme « société civile » était inopérant, il est plus juste de parler des « corps intermédiaires » ou de « société civile organisée ». L’irresponsabilité revendiquée des gilets jaunes nous montre à la fois l’impasse de toute démocratie directe et la nécessité démocratique d’un dialogue social beaucoup plus généreux qu’il ne l’a été ces dernières années. Cela s’appelle aussi la démocratie sociale.