140247

20/09/2016

Le Conseil Régional ne tiendra pas ses promesses sur l’emploi tout seul.

La principale promesse de Xavier BERTRAND, lors des élections régionales était d’améliorer la situation de l’emploi en martelant le mot « travail ». L’emploi est effectivement LE défi de l’automne. Il est temps, en ce mois de septembre, de commencer à faire un premier point d’étape et de changer de braquet si nécessaire.

Le candidat BERTRAND s’était engagé à un premier bilan à l’automne. Mais déjà, il est indéniable que le Président BERTRAND a impulsé une dynamique, un style et une force autour de cette question de l’emploi.

Le 20 septembre, le CESER réuni en séance plénière, écoutera le Président Régional présenter son premier bilan, c’est déjà une façon de faire « la politique autrement », venir régulièrement devant la deuxième assemblée régionale rendre compte de son mandat et écouter les responsables de la société civile organisée.

La compétence emploi est dans les prérogatives des Conseils Régionaux, nous sommes donc au cœur des politiques régionales. Mais le bon sens populaire saura rappeler aux élus que ce sont les entreprises qui embauchent et débauchent ; que « proche emploi » la structure mise en place depuis janvier par le nouveau Conseil Régional, n’est pas aussi proche de l’emploi et encore moins du travail que les syndicalistes ou certaines associations. L’heure est à la mutualisation des compétences, il serait temps de mobiliser toutes les compétences. Or nous voyons bien que les partenaires sociaux, employeurs en tête, sont dans une posture d’attente, de revendications, voire de commentateur, trop rarement d’acteur impliqué par la politique régionale.

Prenons l’exemple de la prime transport décidée unilatéralement par le Conseil Régional, aucune entreprise n’a pensé qu’elle pouvait l’abonder. Il aurait été préférable de voir le Conseil Régional proposer aux partenaires sociaux de négocier les modalités d’accés à cette prime et la mise en place de plans transport d’entreprise.

Aussi, il est urgent de voir le Président proposer aux partenaires sociaux une négociation territoriale qui l’aiderait à tenir ces objectifs qui sont ceux de tout le monde.

Comme nous sommes en train de le montrer dans les Hauts de France, lorsque l’Etat et la Région travaillent ensemble, nous obtenons des résultats. Le dispositif d’allégement de charges des entreprises combiné aux aides à l’embauche que la Région finance, concerne déjà 40 000 emplois.

L’emploi c’est notre affaire… à tous.

09/03/2015

La leçon de la reprise de Arc International: cumuler les compétences économiques et sociales une urgence

Le débat fait rage dans la réforme des collectivités locales, faut il continuer à séparer ou faut il rassembler dans la même collectivité, la compétence économique et la compétence sociale?

Ma conviction a toujours été celle du cumul des deux compétences. Dans mes différents travaux, je n'ai jamais réussi à faire prendre cette position au CESER Nord Pas de Calais. Pour moi le problème n'est pas celui du maintien ou non du Conseil départemental, la seule question à se poser est de dire pourquoi il faudrait continuer à séparer le social de l'économique.

Le dossier de reprise d'Arc International a démontré que les repreneurs étaient prêts à injecter des capitaux importants si les conditions sociales étaient réunies. Avant toute décision, il fallait régler la question du plan social et du plan amiante.

Ainsi le Vice Président chargé des questions économiques du Conseil Régional a t'il dû, comme toujours, se plonger dans les dossiers sociaux indéfectibles des dossiers économiques et financiers.

J'aimerai d'ailleurs entendre les candidats aux élections régionales dire ce qu'ils en pensent et afficher leur positionnement.

21/03/2014

Les employeurs de l’Economie Sociale enfin reconnus représentatifs

Le gouvernement a profité du projet de loi sur la formation professionnelle pour y intégrer la représentativité des organismes patronales.

Après le rapport COMBREXELLE et le jugement de la Cour d’Appel de Paris qui considère qu’avec 19% obtenus aux élections prud’homales, l’économie sociale impose de la reconnaitre représentative.

Aujourd’hui 6 organisations patronales seraient considérées représentatives : le MEDEF, la CGPME, l’UPA, l’UNAPL (professions libérales), la FNSEA, et l’UDES représente l’Economie Sociale.

Lire la suite