140247

11/05/2014

La pauvreté est elle synonyme de salariat? Bien sûr que non Camarades!

Pourquoi suis je si malheureux devant les humiliés? La vie va si vite, l'immédiat dicte l'urgence d'oublier très vite le court présent que j'en oublie déjà ce que j'ai vu. Voir autant frappés ces êtres humains, ces méprisés de la vie, les voir abasourdis sous les coups, me dire c'est inhumain et ne pas savoir le dire, l'écrire, le dénoncer, encore moins m'y opposer.

J'en ai mal de partout et pourtant je vis, je vis bien, j'ai même le temps, le luxe, d'écrire mes états d'âme.
Je vis dans ce monde abject où 300 gamines nigérianes ont été kidnappées pour être vendues et violées. Je vis dans ce monde où au Bangladesh des petites mains sont exploitées pour me vêtir à bon compte.

Comment est ce possible après des siècles de lumières, d'humanisme, d'internationalisme d'être à ce point démuni. Comment être aussi impuissant devant la montée des extrémismes que je suis si déterminé à barrer la route.

Comment faire? Se poser la question c'est déjà perdre du temps quand les brutes fouettent à tour de bras.

Comment ne pas douter. Comment puis je continuer à dire, à écrire que la solution dépend de nous. Comment résister à ne pas me taire?

Je tiens un blog parce que les lecteurs le lisent, certains m'ont inscrit dans leur marque page, quelle est cette prétention à vouloir être lu? D'où me vient ce plaisir de l'écriture quand tout autour de moi plus personne ne lit, n'écoute les infos. N'est ce pas dérisoire de se retrouver un petit quarteron à ressasser les mêmes idéaux.

Et voilà qu'il me faudrait expliquer que pauvreté et salariat ce n'est pas la même chose!

22:50 Publié dans A lire, Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pauvreté

01/04/2014

Mourir moins cher

J'en ai marre d'être démarché pour souscrire une garantie obsèques.

Je veux bien mourir mais à deux conditions: prendre mon temps et que ça ne coûte pas cher. Qu'ils arrêtent donc de me presser et d'ailleurs ça coûte trop cher.

Comme je serai incinéré une caisse suffira. J'ai vu qu'il existait des cercueils en cellulose* ( pliable et même personnalisable!) et ça ne coûte que 200 euros.

Comme j'ai tout mon temps, je vais encore attendre que les prix baissent...

* "Ecocerc" modèle agréé

01:11 Publié dans A lire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1 avril

23/03/2014

Je suis allé voter. Ce soir je constate, comme vous, les dégâts.

L'extrême droite progresse encore et encore. Les électeurs FN sont des femmes et des hommes que je côtoie tous les jours, ce sont des citoyens comme moi, ils se sont déplacés pour voter. Si ce soir je suis consterné, ma colère n'est pas tournée vers eux. J'en veux à ces élus éloignés de nos préoccupations. A ces candidats qui n'ont pas eu le courage d'afficher leurs opinions. Qui n'ont pas osé aller au charbon sur les problèmes de l'emploi, du logement, de la gestion des âges.

J'en veux aux responsables socialistes du Pas de Calais qui ont divisé leur camp au profit de leur ego démesuré, alors que les enjeux exigeaient l'union.

Mon maire ayant été élu au premier tour, je n'aurai pas à me déplacer dimanche prochain, j'imagine que les lecteurs de ce blog ont tous été votés et le feront encore dimanche prochain. Je ne crois plus aux injonctions surtout de dernière minute pour convaincre les abstentionnistes de se déplacer.

Je redoute les futures élections européennes. Nous allons en parler ici même.

Ma tristesse n'est pas découragement. Il est possible, pour les humanistes, pour les femmes et les hommes d'engagement, de gagner la bataille des idées. Ce soir me donne l'envie de continuer mais surtout d'être encore plus militant, de me battre avec celles et ceux qui, francs du collier, prennent leurs responsabilités.