140247

18/03/2013

Le défenseur des droits présente le baromètre IFOP sur la perception des discriminations au travail

Les principaux critères de discrimination cités par les victimes sont :

- l'âge (en particulier dans le privé : 32% contre 20% dans le public)
- le sexe (22% et 26%)
- la grossesse ou la maternité (21% et 24%)

02:27 Publié dans A lire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : discrimination

09/03/2013

Encore une nouvelle tête chez leaders syndicaux

Cette fois, c'est du coté patronal que cela bouge.

Jean LARDIN le Président sortant de l'Union Patronale des Artisans a laissé la place, comme prévu, à Jean Pierre CROUZET qui était Président de la CGAD (alimentation de détail).

L'UPA est un syndicat patronal qui pèse. Personnellement, je me suis souvent senti très proche de ces "patrons ouvriers", encore faut-il qu'ils sachent, eux aussi, qu'ils sont plus proches souvent des syndicats de salariés que du MEDEF.

04:26 Publié dans A lire, syndicats | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : upa

21/02/2013

Recettes pour être mieux au travail

Voici une ou deux conditions pour mieux vivre au travail, je les ai noté au gré de mon expérience.

1. Avoir confiance en soi. Essayer de toujours retrouver une bonne estime de soi. En ressources humaines, nous appelons cela l'assertivité. C'est aussi être capable de dire ce que l'on pense et de faire ce que l'on dit. Cela demande certes un peu de courage mais qu'est ce qu'on est bien quand on y arrive !
2. Etre le plus possible en empathie avec ses interlocuteurs et ses collègues. Je vous rappelle que pour moi le contraire d'empathique c'est antipathique. Il n'y a pas photo, je suis plus à l'aise avec moi-même et avec les autres quand j'essaie d'être aimable, que je souris, que je porte "attention" aux autres d'où la posture "d'être en attention".
3. Savoir refuser, ne pas être soumis, à qui que ce soit (et à quoi que ce soit). Certains appellent cela aussi la capacité d'indignation et plus simplement celle de dire non. pourquoi n'y aurait-il que les syndicalistes à avoir ce droit ? Nous avons tous la liberté de conscience, le droit à refuser d'agir en contradiction avec nos valeurs quand celles-ci sont universelles. Je conseille aussi d'éviter tout comportement passif car je n'ai jamais été fier de moi quand je disais "laisse faire, ça passera, ce n'est pas grave". J'admets qu'il faut avoir un certain rapport de force pour agir en ce sens.
4. S'évader pendant le travail. Le travail n'est pas toute notre vie et ne doit absolument pas le devenir. Le burn out, non merci ! Aussi il est bon de savoir momentanément lâcher prise, de savoir s'évader virtuellement quand la charge de travail devient (trop pesante). Penser à ses enfants, envoyer un texto, faire une recherche perso sur le net... ne mettra pas l'entreprise sur la paille. S'évader en dehors du travail est évidemment une nécessité, une bonne séance de descente de VTT, écrire un poème, dormir sous la tente dans le jardin avec ses petits fils... Voilà ce qui nous rendra performant et bien dans notre peau au travail.
5. Parler avec ses chefs. Essayer de comprendre ce qu'ils veulent, en reformulant leurs demandes. Leur parler de ce qui vous irrite : "aussi bien, je sera le dernier informé" "j'en ai plein le dos" "c'est à la tête du client". Contrairement aux idées reçues, les managers ne sont plus intouchables, nous devons leur parler et tester leur écoute, s'ils restent inaccessibles il ne reste plus "qu'à faire avec "et les contourner.