140247

29/12/2011

Les vœux, ne pas avoir peur de les prononcer.

Je vous souhaite, chers amis blogueurs, une très bonne année 2012 et surtout une bonne santé pour vous et vos proches. Cette phrase, nous allons la répéter pendant quelques semaines. Parfois ce ne sera qu’une formule toute faite, mais derrière ces mots, il y a beaucoup de civilités. La civilité ou savoir vivre désigne un ensemble de règles de vie en communauté telles le respect d’autrui, la politesse ou la courtoisie.
Montrer attention aux autres semble de plus en plus difficile. Fausse pudeur, égoïsme, repli sur son moi, désinvolture...voilà des attitudes très partagées.

Je connais pourtant des femmes et des hommes solidaires (être solidaire c'est tendre la main à celui qui appelle), engagés (l'engagement c'est volontairement aller plus loin que la norme obligatoire), respectueux du bien être des Autres.

Vous êtes nombreux, amis lecteurs, à être des exemples de dévouement. A ne pas attendre les vœux pour construire un monde meilleur. Je ne résiste pas à vous citer : militante d'Emmaüs, accompagnant de fin de vie, bénévole de l'école de deuxième chance, salariés de ces mêmes écoles, donneurs de sang et d'organe, parrain de sans papier, conseillère du salarié, visiteuses de personnes âgées, orthophoniste bénévole, défenseur prud'homal, volontaire humanitaire, aidante à domicile... nous pourrions ensemble écrire 3 ou 4 papiers de ces exemples qui réchauffent nos cœurs.

Merci, grâce à vous, mais surtout grâce à toi Militant(e) de tous les jours, le monde est meilleur. Un peu plus doux.

Bonne année à toi ami(e) de l'homme.

Et pour ceux qui font la fine bouche n'oubliez pas que le contraire de civilité est incivilité !


15:36 Publié dans A lire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voeux

20/07/2011

Voici un beau texte, à méditer un de ces beaux soirs d’été. Moi j’en redemande.

La jeunesse n’est pas une période de la vie, elle est un état d’esprit, un effet de la volonté, une qualité de l’imagination, une intensité émotive, une victoire du courage sur la timidité, du goût de l’aventure sur l’amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années : on devient vieux parce que l’on a déserté son idéal.
Ces années rident la peau, renoncer à son idéal ride l’âme.

Ces préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs sont les ennemies qui, lentement, nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort.

Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille ! Il demande comme l’enfant insatiable : et après ? Il défie les évènements, et trouve de la joie au jeu de la vie. Vous êtes aussi jeune que votre foi.

Aussi vieux que votre doute.
Aussi jeune que votre confiance en vous-même.
Aussi jeune que votre espoir.
Aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune, ceci tant que vous resterez réceptif.
Réceptif à ce qui est beau, bon et grand.
Réceptif aux messages de la nature, de l’Homme et de l’infini.

Si, un jour, votre cœur allait être mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme, puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

01:52 Publié dans A lire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la jeunesse

18/03/2011

6000 visiteurs ! Le plaisir de vous faire plaisir

En février vous avez visité plus de 6000 fois le blog. Vous êtes maintenant prés de 2000 visiteurs assidus. Je n'en reviens pas.

N'hésitez pas à me faire savoir ce que vous souhaitez explorer, réfléchir.

Ce blog est le vôtre, aidez moi à tenir la plume.
Je ne vous remercierai jamais assez de votre confiance.

jean marie

03:18 Publié dans A lire | Lien permanent | Commentaires (1)