140247

10/04/2014

Jean Claude, CFDT La Redoute, menacé de mort.

Comme dans quatre autres entreprises régionales en difficulté, la CFDT est le seul syndicat en situation de négocier positivement un plan social et la continuation d'une partie de la production. A chaque fois, c'est la mort dans l'âme, que sont signés ces accords, comme ce fut le cas à La Redoute. Ces femmes et ces hommes syndicalistes courageux et authentiques sont considérés comme des traîtres, des "collabos"!
J'ai connu cette avalanche de haine qui me tombait dessus. Personne ne peut imaginer ce que cela représente, j'étais aussi, aux côtés de Nicole NOTAT quand les comités de chômeurs CGT, brûlaient son effigie sur la voie publique, notamment sur la place de l'opéra de LILLE et aucune personnalité ne s'indignait.

Lire la suite

02:32 Publié dans syndicats | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : la redoute

26/03/2014

Changement historique

La CFDT prend la présidence de l'AGIRC

Jean Paul BOUCHET, secrétaire général de la CFDT-Cadres et membre du Bureau National depuis 2010, a été élu président du Conseil d'administration de l'Association générale des institutions de retraite des cadres (du privé), le 13 mars.

Il succède à Philippe VIVIEN (Medef), selon le principe de l'alternance de la présidence tous les 2 ans entre collège des employeurs et celui des salariés.

Cette élection peut-être qualifiée d'historique apréé 50 années de présidence alternée entre CFE-CGC et le Medef.

17/03/2014

Marc BLONDEL est décédé

Marc n'était pas mon ami mais un camarade.

Je respecte l'Homme, militant sincère, imprégné des valeurs fondatrices de FO, tribun hors pair qui s'écoutait avec délice non dissimulé, laïque de 1905, plus anarcho-syndicaliste que moi tu meurs, capable d'embobiner les grands patrons, dirigeant syndical redouté, un franc maçon assumé...un vrai, comme on dit dans nos soirées syndicales enfumées et bien arrosées ( je parle d'un temps..), Marc était de bonne compagnie.

J'ai moins d'estime pour le dirigeant syndical. Mon combat avec lui est moins violent que celui de 1995 avec Nicole NOTAT ( son machisme était fort maladif) mais il fut, néanmoins, terrible,en 2003 sur la réforme des retraites.

Marc et moi partagions une certaine culture ouvrière, il ne s'en laissait pas compter et moi non plus. Notre premier contact fut un choc générationnel . Malgré ma cinquantaine non dissimulée, il n'accepta pas mon intervention, "qui est ce petit..". Il était pour le maintien des 37 ans et demi pour obtenir le droit à la retraite, j'étais pour les 40 ans, un monde d'écart. Mais je lui reproche de n'en parler qu'en conférence de presse. Lors de la nuit de négociation avec FILLON, s'il nous a fait le coup du cigare très malodorant, il n'a jamais prononcé le chiffre 37,5!! Encore aujourd'hui, c'est pour moi un exploit du militant idéologique hors sol des réalités. Pour les jeunes militants c'est une bonne leçon, il y a deux syndicalismes: celui qui assume le principe de réalités et celui qui privilégie le principe idéologique. Pour moi, le travailleur n'a pas toujours raison( Marc aurait été d'accord) mais le syndicat lui aussi, peut, ne pas avoir raison ( je ne suis pas sûr de l'acquiescement de Marc ).

Mais ce lundi, je suis triste, car ce camarade avec sa truculence des grosses têtes, était une grande figure du syndicalisme français.

Je présente à tous mes camarades de FO, mes sincères condoléances.

21:02 Publié dans syndicats | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fo