140247

06/08/2014

Manipulation autour du dimanche travaillé


Ce 21 juillet, j'écoute France Inter vers 13h30.

J'apprends que deux grandes sociétés de distribution d'articles de bricolage, ont bricolé, monté de toute pièce, les fausses manifestations de salariés opposés à la fermeture dominicale des magasins.
Ces deux sociétés ont commandité une entreprise de communication afin de promouvoir l'ouverture de leurs magasins le dimanche. Les communicants ont eu cette idée -innovante- de monter de toute pièce une manifestation de salariés payés pour être figurants d'une grande opération médiatique. Leur proposant de se proclamer "les bricoleurs du dimanche", ils ont créé un scénario pseudo syndical, alliant slogans et manifestations, laissant croire que le travail du dimanche était voulu par les salariés eux mêmes et ce, en toute liberté.

Quoi de plus simple, la boîte de com invente le syndicalisme dominical, crée un groupe de salariés évidemment rémunérés ...leur propose de simuler un groupe de salariés volontaires pour travailler le dimanche. Ils iront même ,en cortège, manifester devant certains édifices publics. Les grands médias sont informés.

Et bien sûr ça marche, le 20 h de toutes les chaînes diffuse ce vrai faux reportage, c'est si difficile de trouver une actualité sociale le dimanche!! Bande de gogos peu scrupuleux.

Voilà comment la France de 2014 a gobé cette fausse information. Les manifestants "bricoleurs du dimanche" n'ont existé que dans la tête des créatifs communicants de cette boîte de pub.

Pour moi il s'agit d'une énorme manipulation,ignoble escroquerie sociale, totalement inadmissible.

Que les dirigeants de Leroy Merlin se soient fourvoyés dans cette salle aventure m'interroge, peut on se proclamer socialement responsable et manipuler à ce point l'opinion publique?

11/04/2014

La Redoute : un accord au contenu non négligeable

Une partie du contenu de l’accord

Préretraites et retraites
Un potentiel de 685 préretraites entre 57 et 55 ans avec une indemnité minimum de 1528 € + 1200 € qui s’ajoute à l’indemnité de retraite qui pourra être versée par avance, trimestrielle à hauteur de 50%.
Des indemnités de départ

Un plancher de 20 000€ + 750 € par année d’ancienneté soit pour 10 ans 27 500 €, + 1000€ par année jusque 20 ans soit pour 20 ans 37 500 €, + 1200 les années qui suivent soit pour 30 ans 49 500€ pour 35 ans 55 500 € et 40 ans 61 500 €, avec un plafond de 30 mois de salaire + 1 mois plus de 50 ans + 2 mois plus de 55 ans.

Pour l’encadrement

C’est la mesure la plus favorable qui s’applique (soit les accords d’entreprise soit les mesures du PSE 2008 ou soit le plan de modernisation 2014)

Un congé de reclassement de 12 à 18 mois avec un cabinet d’accompagnement, des formations déplafonnées en fonction du projet, le reversement (dans le plan de départ volontaire) de 75% sur le solde du congé de reclassement restant à recevoir.

Des aides

A la création d’entreprise entre 11 et 13 000€.
Pour l’entreprise qui embauche un salarié de La Redoute, prise en charge pendant 6 mois des charges sociales.

Indemnités différentielle pendant 24 mois en cas de salaire inférieur, etc.


Pour ceux qui restent

Le retrait de l’accord des mesures sur l’évolution du temps de travail (mesures renégociées après la cession)

L’engagement de Kering que les 180 M€ restent à la disposition des salariés dans la Fiducie jusqu’en 2024 et que les fonds restant après 2017 puissent être repositionnés sur d’autres mesures ou redistribués.
+315 millions pour les investissements futurs.

Important :
Si vous avez déjà négocié un plan de départ volontaire, dites moi, par le commentaire, ce que vous pensez de cet accord et parlez moi de votre expérience. Si vous le souhaitez votre commentaire ne sera pas mis en ligne.
Merci car ce sujet est très sensible.

09/03/2014

Ce que coûte un Tshirt ou l’exploitation

Souvenez vous, fin 2013, 127 usines du Cambodge se mettaient en grève pour obtenir un salaire minimum. La répression fut sanglante, 5 morts et 39 blessés !

Aujourd’hui, mes amis de la CSC (syndicat belge) s’en souviennent et mènent une campagne de solidarité avec l’ONG Cleanclothes.org.

En France, l’association « l’éthique sur l’étiquette » mène le même combat.
Lisez bien ceci.

Ce que coûte un Tshirt que vous payez 29 euros :

• Commerce de détail, 17€ (59%)
• Bénéfice pour la marque , 3,61€ (12%)
• Coût des matériaux, 3,40€ (12%)
• Coût du transport, 2,19€ (8%)
• Intermédiaires, 1,20€ (4%)
• Bénéfices pour l’usine du Bengladesh, 1,15€ (4%)
• Frais généraux, 0,27€ (0,9%)
• Salaire du travailleur, 0,18€ (0,6%) !!!!
Source : cleanclothes

J’espère que les grands patrons du Nord qui commanditent les sous-traitants asiatiques vont arrêter de nous faire croire qu’ils sont socialement responsables, les principes de la RSE sont à l’opposé de telles pratiques.

Un piqueuse bengalie nous confie : " Les travailleuses ne parviennent pas à nouer les deux bouts alors que l’industrie textile internationale accumule les bénéfices. Ce sont nos dures et longues journées de travail qui permettent les bénéfices".

Plus d’informations sur www.cleanclothes.org

02:36 Publié dans Travail | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bengali