140247

18/08/2017

La politique de l'offre divise le syndicalisme

Le syndicalisme international a été fortement influencé en matière de politique économique par le keynesianisme. Keynes considère que le chômage est notamment dû à l'insuffisance de la demande de biens et services, il considère par ailleurs que le salaire est un déterminant important de la demande. Comme, en plus, cet économiste britannique défendait le syndicalisme, ses travaux ont longtemps été relayés - souvent de manière trop simpliste- par les syndicats.

On peut résumer ainsi le discours syndical: il faut augmenter les salaires, les retraites, les allocations et indemnités sociales,ce qui stimulera la consommation, provoquera ainsi une demande de biens qu'il faudra produire en créant des emplois. Nous comprenons alors la propension syndicale à défendre la "demande" avant "l'offre".


Le syndicat français qui se réfère encore aujourd'hui aux théories de Keynes est Force Ouvrière. Jean Claude MAILLY n'hésite pas à qualifier FO comme le syndicat de la fiche de paie. Pour FO la relance de la consommation est une priorité. Il n'est donc pas étonnant de voir ce syndicat vent debout pour contester la politique gouvernementale qui a fait le choix de l'offre et non de la demande.

La CGT soutient le même raisonnement sur l'augmentation des salaires mais insiste, en plus, sur le rôle décisif de l'Etat pour lancer une politique de grands travaux qui génèrera de l'emploi. La CGT refuse avec virulence le pacte de responsabilité.

La CGC qui s'est recentré sur la défense des classes intermédiaires est aujourd'hui très préoccupée par les hausses d'impôts et refuse la modération salariale notamment des cadres. La CGC défend le concept de TVA sociale.

Restent la CFDT et la CFTC, ces deux syndicats considèrent que la croissance n'est plus autant créatrice d'emplois que par le passé. La CFDT pense même que la croissance sans emploi est possible, elle insiste donc sur une nouvelle conception de la croissance basée notamment sur la transition énergétique et la réponse à de nouveaux besoins sociaux. Ce syndicat ne conteste pas la politique de l'offre sous tendue par le pacte de responsabilité et de solidarité. C'est même le syndicat qui demande à ses négociateurs d'entreprise de s'emparer du CICE pour demander des comptes aux employeurs sur l'utilisation des 30 milliards de baisse du coût du travail. Dans ses argumentaires pour les NAO ( négociations obligatoires sur les salaires), elle insiste sur les crédits affectés aux investissements, aux formations qualifiantes voire aux politiques d'innovation. La CFDT relaie la demande de la Ces ( confédération européenne des syndicats) pour un plan européen de grands investissements.

Pour résumer, parmi les 3 principaux syndicats, CGT et FO s'arqueboutent sur une relance par la demande et refuse la politique de l'offre nouvellement prônée par le gouvernement. La CFDT est beaucoup plus interrogative sur le lien croissance emplois et milite pour une modernisation de notre appareil productif ce qui la conduit à soutenir la politique de l'offre.

16:34 Publié dans syndicats | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicalisme

Les commentaires sont fermés.