140247

20/05/2015

Ethique et responsabilité du numérique

J’ai eu l’occasion de dire au Conseil Régional que la partie éthique du schéma des usages du numérique me semblait très insuffisante. En effet, les nouveaux usages du numérique soulèvent de nombreuses interrogations pour l’exercice de nos responsabilités.

Les potentialités ouvertes par ces technologies sont si « fulgurantes » qu’elles engendrent des sentiments contradictoires. C’est d’abord une fascination mêlée de curiosité pour cet immense champ des possibles qui s’offre à nous et en même temps une crainte devant les conséquences négatives voire dangereuses de certains usages. Ce qui interroge l’éthique de responsabilité.

Le numérique repose sur la liberté de chacun de créer, d’échanger, d’inventer de nouvelles applications, de nouveaux services. Cette liberté consubstantielle à ces technologies, vit par elle-même et sur ce plan, les élus et les pouvoirs publics ne peuvent être, au mieux, que des accompagnateurs vigilants. Cette liberté exige alors une plus grande responsabilisation des individus tant les applications et services qui apparaissent nous deviennent rapidement indispensables mais sont aussi pourvoyeurs de profondes modifications sur la chaine des responsables. Les parents en savent déjà quelque chose et beaucoup se déclarent impuissants à réguler les usages du numérique par leurs enfants. Les entreprises sont confrontées au droit à la déconnexion, des démocrates s’interrogent sur les atteintes aux libertés ou sur les abus d’un consumérisme addictif.

Voici 2 exemples qui, comme on dit, interpellent.

Dans le monde du travail, prenons un homo digitalus hyper connecté dont le smartphone est un prolongement naturel de la main et de son ordinateur de bureau. Il pratique grâce à ces technologies un travail dit agile qui se déroule en dehors du lieu et horaires du bureau. Imaginons sans trop caricaturer, un accident dans un supermarché de cette personne en train de faire ses courses et répondant à un mail professionnel, sera-t-il reconnu, demain comme un accident du travail ?

Autre exemple, les véhicules intelligents et autonomes qui sont aujourd’hui déjà exposés dans des salons posent les mêmes questions. Qui sera responsable d’un accident impliquant une voiture autonome : le conducteur ou le constructeur ? La législation actuelle indique que le conducteur doit en toute circonstance rester maitre de son véhicule. Ce serait donc le conducteur qui engagerait sa responsabilité tout en déléguant la conduite à un ordinateur embarqué.

Je suis persuadé que l’avenir sera numérique, ce bel avenir ne peut se faire qu’en respectant nos valeurs.


article paru dans Auitrement Dit

21:13 Publié dans A lire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : numérique

12/05/2015

La chasse aux « NEET » est ouverte

La situation de notre jeunesse n’a jamais été aussi préoccupante. En mars 2014, le taux de chômage entre 15 et 24 ans s’élevait à 23,4%. 33% des jeunes actifs sont au chômage entre 15 et 19 ans et seulement 13% entre 25 et 29 ans. Le chômage des très jeunes adultes est devenu le problème majeur de notre société.

Appelez-moi NEET !

La mode est de les appeler « NEET ». (No in éducation, employment or training), « Je suis NEET, j’ai moins de 26 ans, sans emploi, je ne suis aucune formation ». Hier, on les appelait décrocheurs, aujourd’hui avec les NEET, ils sont devenus européens. Le problème est devenu si important que les politiques publiques s’en sont emparées à tel point qu’une amie impliquée dans l’insertion dit que la chasse aux Neet est ouverte.

Les aides publiques n’ont jamais été aussi importantes.

Avec la « garantie jeune », moyennant un parcours intensif d’accès à l’emploi, une allocation de 433,75 € sera allouée au jeune Neet.

L’initiative pour l’Emploi des jeunes en Nord Pas de Calais c’est 22,7 millions d’euros d’engagés sur 2 ans, + 22,7 millions d’euros engagés par l’Europe.

Avec l’ensemble des contrats aidés, on ne peut pas dire que l’Etat et l’Europe ne font rien. Ce qui manque ce sont les opérateurs capables d'accompagner ces jeunes vers l’accès à l’emploi. Jamais la tâche n’a été aussi compliquée. L’enjeu est d’être capable de relier les attentes des jeunes et des entreprises.

Les solutions existent

A l'Ecole de 2ème chance du Grand Lille, 221 jeunes sont sortis avec une solution pour accéder à l’emploi, soit 71% de sorties positives. Avec un coût par jeune de 4379€ en 2014, je défie quiconque de faire mieux.

D’autres institutions associatives ou privées aident au quotidien tous ces jeunes. Ces organismes doivent continuellement innover, inventer de nouvelles actions pour relier les attentes des jeunes et des entreprises.

La baisse des contrats en alternance montre que le fossé se creuse entre les jeunes et l’entreprise. L'accompagnement des entreprises est une priorité, trop d'artisans sont désarmés devant les comportements des apprentis, trop d'entreprises ne savent pas mettre en place des parcours d'intégration. Les dispositifs publics devraient aider à l’accompagnement des entreprises.
Nos associations peuvent les aider.

14:29 Publié dans A lire, jeunes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : neet

20/04/2015

La Région et le numérique

Le Conseil régional va débattre d’un schéma sur les usages du numérique. Qui dit usage pense comme moi d’abord aux usagers. Tous les domaines de notre vie quotidienne sont concernés: nos mobilités, nos emplois, notre éducation, notre accès à la culture, notre rapport aux enfants et même nos amours…

A la vitesse où vont les innovations, il est illusoire de vouloir contrôler les mutations concernées.Par contre le Conseil Régional peut définir quelques orientations permettant de tirer le meilleur parti de ces évolutions qui vivent d’elles-mêmes.

Donner à voir, valoriser et promouvoir ce qui se fait de mieux en région. Nous pouvons être fiers de notre territoire qui a donné naissance à des pépites comme Euratechnologie, la Plaine Images, la Serre Numérique, des entreprises mondiales comme OVH ou Ankara, des start-up comme Holusion. Le gouvernement ne s’y est pas trompé avec le label French Tech. Donner à voir, c’est créer l’émulation nécessaire à l’éclosion des pépites de demain. La stratégie régionale a, là, un rôle important à jouer.

Donner les moyens d’un accès du numérique à tous. Le numérique aura un impact positif s’il est partagé et approprié par tous, tous les âges et catégories sociales. Les potentialités sont telles que nous ignorons la plupart des usages dont nous pourrions bénéficier. Les collectivités territoriales ont un rôle majeur pour faciliter leur découverte et apprentissage. Les partenaires sociaux pourraient aussi être invités à engager une négociation territoriale pour accompagner l’acculturation professionnelle au numérique.

La question du numérique partout. Faut-il viser un hypothétique maillage complet et total du territoire par le haut débit ? Faut-il à tout prix que le pays des 7 vallées, là où je vis en partie, soit totalement fibré par exemple ? Non, la priorité est en revanche que sur tout le territoire, des lieux soient parfaitement maillés. Ces lieux d’intermédiation existent et peuvent éviter une fracture numérique sans pour autant couvrir tout un territoire à 100 % : ce sont les écoles, collèges, lycées, services publics et zones d’activités qu’il faut impérativement relier.

Quand je vois mon petit-fils, si épris de nouvelles technologies que celles-ci ont un impact sur ses capacités cognitives je me dis que ce débat sur les usages du numérique est d’abord fait pour lui, pour son avenir, pour les bouleversements qu’il est si passionnant d’anticiper aujourd’hui. Ce petit fils que grâce à Skype je peux voir chaque soir, un bonheur que mes parents n’ont jamais connu.

article paru dans Autrement Dit

01:42 Publié dans A lire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : numérique