140247

03/01/2013

Faut-il encore plus de solidarité ?

2013, je n’arrive pas à écrire mes vœux, car l’année sera économiquement et socialement très mauvaise.

La crise est déjà terrible pour celles et ceux qui en sont les victimes. Nous connaissons tous des personnes qui l’ont prises de plein fouet. Pourquoi moi ? disent-ils.

Terrible question qui nous rappelle que si certains ont le loisir de déménager leur fortune d’autres ont la peur au ventre de recevoir la lettre recommandée, annonciatrice de tous les malheurs.

En 2012, l’Etat a pris de nombreuses décisions dont le pacte de croissance pour l’emploi en injectant dés 2013, 30 milliards dans l’économie et plus précisément dans les entreprises de l’hexagone.

Lire la suite

05:23 Publié dans A lire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : solidarité

12/12/2010

« Génération » Clarifions la question du vocabulaire

Derrière le mot « génération » nous mettons souvent des sens différents.

Louis Chauvel distingue la génération sociale de la génération familiale.

La génération sociale d’un groupe social dont l’année de naissance est proche (une cohorte au sens démographique du terme).

La génération familiale renvoie à la position dans un lignage, par exemple la génération des parents et la génération des enfants voie des petits et arrière petits enfants.

Mais il y a d’autres définitions comme par exemple la génération des actifs et la génération des retraités. Cette notion très large des générations est souvent utilisée en particulier pour parler des retraites.

Et il y a la génération de la seule année de naissance, la génération 45, la génération 2010.
La génération de l’année de naissance est de plus en plus utilisée pour fixer les droits à la retraite (162 trimestres pour la génération 50).

Toujours dans les difficultés de vocabulaire il est difficile de parler « égalités » entre générations. Comment en effet mesurer des situations vécues à des époques différentes. Comparer les situations vécues par les générations 40 et 90 sont difficilement comparables surtout lorsque nous nous situons dans le temps long et très long.

Tout cela nous oblige à une certaine modestie.

Pour ma part, je sais qu’il est difficile d’être totalement objectif quand on s’avance sur le terrain des solidarités ou de la justice intergénérationnelle. Comparaison ne vaut pas raison. Le tout est de savoir.

19/11/2010

Les si naturelles et pourtant si difficiles solidarités intergénérationnelles

Les parents aiment leurs enfants. L’enfant qui naît aime l’odeur de sa mère qui le nourrit et très vite il se réfugie dans les bras protecteurs de son père. Les parents éduqueront leurs enfants et les aideront à devenir adultes et à s’émanciper.

Adultes, les enfants feront eux-mêmes des enfants, petits enfants de leurs parents. Les grands parents vieilliront fiers de leurs petits enfants. Enfants et petits enfants veilleront sur leurs vieux parents et grands parents.

Ainsi va la vie. Ainsi va la chaîne des générations, les parents nourrissent, élèvent et protègent leurs enfants qui devenus grands veillent, aident et protègent leurs vieux parents.

Une grande part de ce qu’on appelle le bonheur nous vient de la qualité des rapports affectifs que l’on entretien avec sa filiation.

La cohésion d’une société dépend de la solidarité des chainons de la chaine intergénérationnelle.

Cela est vrai dans tous les continents et toute époque de notre histoire.

Cette réflexion sur les solidarités entre générations est datée et localisée.

Nous parlons des années 2010 et de la France.

Au moment où nous sommes confrontés à des évolutions permanentes de nos systèmes de social il est nécessaire de réfléchir aux nouvelles relations entre générations et si possible d’anticiper quelques évolutions.

Mais attention si les enjeux des solidarités intergénérationnelles peuvent faire consensus les choix à faire seront eux toujours douloureux car la solidarité est d’abord un don et il n’y a pas de don gratuit.