140247

18/04/2017

J’assume mon vote. Sans aucun regret et beaucoup d’espoirs.

Depuis plusieurs semaines, je sais pour qui je vais voter.

Je ne comprends pas la frilosité de certains amis à assumer leur choix. Débattre c’est utile, mais après le débat, il faut décider et être capable d’assumer son choix.

C’est peut-être plus facile pour moi qui me suis émancipé des primaires (machine à fabriquer des clans irréconciliables) et des étiquettes droite/gauche dont on m’a affublées à tour de rôle depuis 40 ans. Ce qui m’intéresse c’est le programme, le candidat et son entourage.

Un candidat bienveillant (ce qui est devenu si rare), qui m’appelle à être acteur en mettant en œuvre mes valeurs humanistes sans essayer de m’embrigader dans une posture partisane, c’est déjà beaucoup. Un candidat qui me parle d’émancipation c’est pour moi du jamais vu.

Un candidat qui a su s’entourer d’hommes comme Jean PISANI FERRI ou Jean Paul DELEVOYE, ça me ressemble bien.
Un candidat qui met l’éducation et la culture en tête de ses priorités, en commençant par diminuer le nombre d’élèves par classe dans le primaire, ça me parle quand je côtoie les sacrifiés de l’école dite de la première chance. Je ne supporte plus cette école qui ne réussit pas et se cache derrière ce qu’ils appellent les déterminants sociaux. Fils d’ouvrier, je ne suis jamais aller au lycée et accepter que cela se poursuive, NON.

Un candidat qui place le « travail » et non « l’emploi » en second chantier, çà c’est nouveau ! Oui il faut parler du travail réel, il faut, comme l’énorme enquête du premier syndicat français, vient de le mettre en évidence, revoir les conditions de ce travail que nous aimons mais qui brise encore trop d’entre nous. J’attends une clarification de ce candidat sur sa conception du dialogue social, je lui rappellerai bien volontiers que démocratie politique rime avec démocratie sociale. C’est un point faible de son programme. Quand les autres condamnent la loi travail çà veut tout dire de notre préférence de la loi sur la négociation, depuis 1789 nous aurions pu évoluer.

La modernisation de l’économie, évidemment que c’est prioritaire. Le candidat que je soutiens s’est battu contre les rentes de situation des notaires, des taxis, de la SNCF … Notre pays souffre de corporations sangsues, souvent libérales mais pas que, la modernisation de notre économie ne se fera pas sans une volonté politique très déterminée. C’est un combat à mener même s’il nous divise, le numérique ce n’est pas que le droit à la déconnection, parlons de l’ubérisation, de ses bienfaits et de sa régulation.

Voilà pourquoi c’est sans hésitation, qu’à titre personnel, je dis et je redis que MACRON est une opportunité un peu inespérée pour renouveler la pratique politique de mon pays, et LEPEN n’a rien à voir dans cette conviction.

Moi je vote POUR !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.