140247

25/05/2018

Depuis 40 ans, la fête du travail se cherche comme le travail.


Où sont passés les Premier Mai revendicatifs, populaires et festifs des années 70. Je n’en manquais aucun. En quatre décennies, mortes et enterrées ces fêtes du travail conviviales et rien ne les a remplacées. Pour de nombreux militants réformistes, le Premier Mai est aujourd’hui synonyme de grasse matinée et de repos. Déjà dans les années 80, Edmond MAIRE, Secrétaire Général de la CFDT, avait refusé de participer à une manifestation où le syndicat appelait. Il n’y voyait pas d’intérêt.

On peut regretter, en ces moments de fort chômage, la sortie provocante et peu respectueuse du monde du travail – non ce n’est pas un gros mot- du Président de la République qui se vante de travailler, lui, tous les jours même le premier mai, comme si ce n’était pas le cas du salariat de 2018 !

Le Premier Mai fait partie de notre culture commune, le familistère de GUISE avait souhaité instaurer une fête des travailleurs, mais ce sont les syndicats américains de l’AFL-CIO qui se sont battus pour le Premier Mai et ont été les premiers à le fêter à CHICAGO en I886. En 1991, avec Pierre MAUROY, alors Premier Ministre, nous manifestions à FOURMIES pour le centenaire du premier mai où ont été tués 6 ouvriers.

On peut, comme beaucoup, ne pas manifester ce premier mai 2018, mais -en même temps- respecter et même honorer cette mémoire collective comme nous le ferons pour mai 68. Oui, les propos du Président étaient choquants.

Cette chronique s’interroge chaque semaine sur les évolutions, souvent radicales, du monde du travail, évolutions qui attisent les tensions sociales.

Le dernier congrès de Force Ouvrière qui s’est tenu à LILLE dans une ambiance détestable a montré combien les dirigeants syndicaux avaient les pires difficultés pour faire bouger les lignes et les comportements militants.
Jean Claude MAILLY qui a tenté d’ouvrir un dialogue constructif avec le gouvernement pour infléchir les ordonnances travail a été ainsi malmené pendant toute la semaine.
Dans tous les syndicats, les dirigeants sont en difficulté, nous avons vu les deux responsables régionaux de la CFDT démis de leur fonction parce que jugés collants trop aux nouvelles modifications du territoire régional. Désemparés devant les stratégies patronales et gouvernementales et encore plus devant celles des salariés, trop de délégués syndicaux se retranchent derrière un discours certes virulent mais peu opérant. Bien sûr, rien ne dit que les efforts mis par de nombreuses sections syndicales pour comprendre ces évolutions et les négocier soient vains, bien au contraire.

Nous comprenons alors pourquoi depuis 40 ans, à cause du travail, la fête du travail comme les syndicats se cherchent

09:23 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1er mzi

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.