140247

30/01/2021

« Le monde d’après ? »

il est, déjà, urgent de comprendre les conditions du rebond économique de l’été dernier.

Pour avoir accompagné des grosses entreprises à gérer des crises sociales, nous connaissons quelques incontournables comme la nécessité d’un Pilote unique, un seul comité de crise et un seul porte-parole, c’est loin d’être aujourd’hui le cas, même l’inconnu ATTAL ajoute son grain de sel polluant!. L’« assertivité » ce comportement génial qui consiste à être authentique en affirmant sa position sans anxiété excessive, c’est à l’opposé du discours de MACRON sur les 60 millions de procureurs!. Enfin, dire la vérité, tout de suite et sans artifice, est la pierre angulaire de toute communication de crise, pourquoi avoir tant tergiversé sur le nombre de vaccins, cela aurait été si simple de le dire tout de suite. Ignorants des fondamentaux du management nos élus refusent toute formation sur ces thématiques à l’image de Sciences Po.

Les limites de se concentrer sur l’après:
Comment ne pas être séduit par les débats passionnants sur « l’après », les « cafés de l’après » du Comité Grand Lille ont excité nos neurones. Et après?
Cette pandémie, cette crise sanitaire, digne de leurs ancêtres moyenâgeuses ou récentes, personne ou presque ne l’avait vue venir. Penser son après comme une fin est rassurant mais totalement inopérant. Cette pandémie ne se terminera pas aussi brutalement qu’elle est apparue. Il faudrait être sourd et aveugle pour ne pas s’en rendre compte. Virus variants ou pas, il y aura d’autres crises sanitaires, toutes plus ou moins imprévisibles. Il n’y aura donc pas d’après crise avec un point final.

Nous connaîtrons ces crises tant que notre modèle de développement ne sera radicalement différent. Comme l’évolution des espèces, le développement des sociétés est l’adaptation permanente aux réalités, nous devrons vivre avec ces crises. La question du niveau de radicalité des mesures contraignantes se posera toujours.

Le ou les rebonds.
Pour revenir à la crise Covid, parlons « rebonds » mais rebonds au pluriel. Non seulement il y aura encore plusieurs rebonds, mais tous ces rebonds nous permettront de petits bonds sociétaux dont la qualité dépendra de nous, de nos comportements, de nos convictions et de... nos combats.
Nous savons quel est notre job. Réfléchir à comment vivre avec les crises. Ne jamais inverser la hiérarchie de nos actions: d’abord la vie, la santé et le reste après. Jumeler chaque action excluante de libertés à des actions incluantes socialement. Protéger et inclure.

Évaluer nos stratégies pour les affronter.
Nous devrions passer plus de temps à comprendre ce qui a facilité ou gêné le premier rebond. Cette analyse partagée nous manque. Préparons les logistiques qui nous font tant défaut ( masques, tests, vaccins). Si non, les confinements partiels ou totaux ne seront que des souvenirs inutiles.

Nous sommes devenus mortels et ça devrait nous rendre plus lucides et prévoyants.

10:01 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : covid19

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.