01/11/2012

Soyons en fiers, mais nous ne sommes plus protégés par notre passé

Tribune parue dans ECO 121


Quand j’entends des responsables du Nord Pas de Calais revendiquer auprès de l’Etat des aides au nom de notre passé social et économique qui a tant été utile à notre pays, je me dis qu’il serait grand temps que nous tournions la page et même que nous soldions une fois pour toute les comptes du passé.

La reconnaissance du Bassin Minier par l’Unesco, le musée de la mine de Lewarde, le Centre des archives du travail, voire la Piscine de Roubaix et bien d’autres écomusées sont là et seront toujours là, pour nous rappeler notre histoire industrielle. Nous avons un devoir de mémoire à entretenir parce qu’il n’y a pas de futur qui ne s’appuie pas sur une histoire, sur des valeurs, sur des cultures communes. Quand nos racines sont si solides, nous devrions aussi, (cela parait si évident) arrêter de douter de nous-mêmes.

Mais par pitié, arrêtons de penser que notre région serait redevable d’une dette sociale au nom de ce passé. C’est une posture de perdant, c’est un acte de démission collective que de se présenter aujourd’hui en quémandeur auprès de l’Etat ou de l’Europe. C’est même à mon sens, se poser en victimes du passé, ce qui est insupportable pour des gens qui se réclament, avec raison, d’une si grande fierté.

En voyageant cet été, je me disais que tous nos territoires étaient en métamorphoses mais cela ne se voyait pas assez et surtout ne se disait pas assez.

Nous parlons toujours de l’attractivité de l’agglomération lilloise, mais regardons l’essor Arrageois, la métamorphose du Valenciennois et du Sud du Nord, l’attractivité de la ruralité de Berck Montreuil. Qui n’a pas entendu le Président du Conseil Général du Pas de Calais ne peut mesurer l’extraordinaire énergie créatrice qui se dégage aujourd’hui dans le Pas de Calais., qui ne voit pas comment nos agriculteurs se modernisent pour faire de notre région une grande région exportatrice de l’agroalimentaire, qui ne voit pas combien les artisans et les chambres de métiers sont devenues les principaux agents du développement économique de nos territoires, y compris les plus enclavés. Ne regardons pas que les statistiques, regardons autour de nous.
Après la courageuse réforme de nos chambres de commerce, de nos caisses de sécurité sociale et encore plus de nos communautés d’agglomération (qui ont été divisées par 2), nous pourrions continuer la liste de nos progrès. Ces points de progrès sont les résultats des décisions prises par nous, habitants de la Région.

C’est sur ces points de progrès que nous devons nous appuyer et nous dire que malheureusement nous ne sommes plus protégés par notre passé.

Nous pouvons nous appuyer sur 2 avis très importants du CESER Nord Pas de Calais qui affirme qu’il faut dorénavant passer d’une logique de guichets à une logique de projets.

Voilà qui est bien plus motivant que tous les discours sur la victimisation de nos concitoyens.

03:06 Publié dans A lire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nord pas de calais

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.