140247

12/03/2018

Les corps intermédiaires, l’angle mort du réformisme macronien.

Dans la même semaine, Véronique DESCACQ, secrétaire générale adjointe de la CFDT, déclare : « Les « big bangs » et autres coups de pied dans le « système » ne sont que communication politique. Méfions-nous d’un Etat qui pourrait seul tout savoir et tout faire ». Pierre GATTAZ, patron du MEDEF, regrette dans le JDD le manque de discussions sur la formation professionnelle avec le gouvernement. Les tensions entre les partenaires sociaux et le gouvernement étaient telles que les syndicats réformistes avaient conditionné leur signature de l’accord à un engagement préalable du gouvernement de respecter l’équilibre de la négociation.

Avec MACRON, il n’y a pas de partage des responsabilités, les corps intermédiaires sont toujours consultés mais le gouvernement décide seul et de tout. C’est l’héritage culturel de notre pays où après la révolution de 1789 les corps intermédiaires ont été interdits, contrairement aux autres puissances européennes. Il nous aura fallu un siècle pour qu’une loi autorise les syndicats en 1884 et les associations 1910. Cette culture de la primauté étatique n’est plus adaptée (si elle le fut un jour) à la gouvernance d’une société moderne, non pyramidale et plus transversale. La culture européenne repose majoritairement sur 2 piliers indissociables de la démocratie : la démocratie politique imbriquée avec la démocratie sociale. Les « modèles » allemands et nordiques respectent cet équilibre entre la loi et la négociation collective, ils ont fait leurs preuves en témoignent les statistiques sociales.

Nul n’ignore plus que MACRON a un angle mort avec les corps intermédiaires, qu’il considère comme ringards, corporatistes, déconnectés. La volonté dite infaillible de faire tout ce qui a été promis dans la campagne électorale est évidemment une impérieuse obligation pour redorer le Politique, comme l’urgence de débloquer la société.
Nous n’oublierons jamais dans cette région ce que l’on doit aux politiques qui nous ont préservés de l’extrême droite. Notre critique est donc constructive.

Les carences des partenaires sociaux sont réelles. Il y a par exemple 70 000 défaillances d’entreprises par an et personne ne s’était soucié de l’indemnisation chômage de ces entrepreneurs, le patronat arque bouté sur le refus de toute cotisation au nom d’un libéralisme idéologique et les syndicats sur une vision non renouvelée du salariat… MACRON, lui, y répond.
Les futures assises régionales sur le dialogue social organisées par le Conseil Régional sont vraiment nécessaires.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.