08/10/2012

Industrie, et si on négociait d'abord dans les entreprises qui marchent

Quand je lis les protocoles d'accord signés à Sevelnord, Findus et d'autres, je suis content de ne pas être délégué syndical dans ces entreprises. Ces accords sont souvent des machines à raboter les quelques mesures sociales encore "avantageuses" par rapport aux concurrents en contrepartie de promesses plus ou moins vagues de garantie d'emploi.

Tous ces accords dits "défensifs" sont évidemment utiles et nécessaires mais ils se négocient quand il est trop tard, le couteau sous la gorge.


Ce qu'il faudrait c'est négocier quand tout va bien, quand tout va encore bien, car nous savons maintenant qu'il existe des rythmes économiques (expansion et récession) dont aucune entreprise n'est à l'abri.

Je suis très partisan de négocier des accords dit de "productivité" lorsque l'entreprise a des marges de manœuvre, quand elle n'est pas dos au mur.
Dans ces accords les sujets à discuter sont nombreux :

1. Que veut dire "produire France" au regard de la production de l'entreprise ? Y a t-il des risques d'investissements à l'étranger, de délocalisation ?
2. Quels sont les points forts et les points faibles en terme de compétitivité au regard des concurrents nationaux et internationaux ?
3. Quels moyens sont affectés à l'innovation et à la recherche ?
travaille t-on avec des labos universitaires ?
4. Quels services associer aux productions industrielles ?
5. Existe t-il un partenariat formalisé et égalitaire avec les sous-traitants, en particulier les Pme ? Est-on engagé dans une filière ?
6. Le "manque d'attractivité" des métiers existants dans l'entreprise - a t-il été objectivé hiérarchisé ?
7. Quels sont les points de progrès négociables en terme :
- d'accord d'entreprise (rémunération, durée/organisation du travail)
- de compétence
- de partage d'information
- de solidarités à renforcer (intergénérationnelles, pluridisciplinaires, inter catégorielles...)
- la diversité (sous toutes les formes)
- les fonctions managériales (quelles injonctions sont faites aux managers, y en a t-il des contradictoires...)
- y a t-il un droit à la "déconnexion" et plus largement un accord sur l'utilisation des outils d'information
- y a t-il un droit à l'innovation ?
- etc.

C'est aujourd'hui que se prépare l'avenir, n'attendons pas d'être dans la tempête pour adapter le cap.

02:10 Publié dans jeunes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : industrie

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.